Recherche guidée

Recherche par thème

Contenu

Poissons

Technique

Et pour quelques frolics de plus ...

Juin 2014

La température monte, le débit de la Seine baisse et les brèmes commencent à frayer : la saison des moustachus au pellets commencent !
 

Poste 1

Après un rapide amorçage les 2 jours précédents, me voici au bord de l'eau, pour une pêche dans 5 à 6 mètres d'eau, sur un fond pentu et (très) rocheux. L'eau est encore assez fraiche (16 degrés) et le courant est relativement puissant.

 

Juin 2014 : l'eau est fraiche, les poissons actifs : gooo !!

 

Le bon coté des choses, c'est que les berges sont bien dégagées et que les touristes sont encore peu nombreux ... j'ai de la place pour les combats !

Niveau technique, je vais pêcher au flotteur, ce poste étant de toute façon impraticable autrement. Du coup, une ligne en tresse de 50lb, un flotteur Cralusso Golf de 6 grammes et me voilà prêt !

 

Incassable : le cralusso golf !

 

Pendant une vingtaine de minutes, j'ai quelques touches rapides mais inferrables : les poissons me volent les frolics systématiquement. Et à force d'insister et de bien laisser partir ... j'en pique un !

Le combat est lourd pendant 2 ou 3 minutes puis le poisson se réveille : rush au large, arrêté de justesse, puis gros coups de tête ... et voilà la bête qui dévale le courant à toute allure.

 

Big moustache : fight !Big moustache : fight !Big moustache : fight !

 

Et crac ! Le numéro 6 de ma 1750 a cassé (oui, même endroit et même scénario que l'année dernière ... c'est balot ! Il faut que j'arrête de pêcher ce poste, il a un désagréable effet "chat noir" sur le matos !). Bon, cela dit, la canne a été largement rentabilisée depuis le temps... et après tous ces combats, sans doute un peu fragilisée.

 

Big moustache : fight !Ca plie, ça plie ... et crac !

 

Bref, le carbone n'ayant pas cassé net, je n'ai pas tout perdu et je peux continuer le combat avec le kit.

 

Combat au kit !

 

Un problème n'arrivant jamais seul, voilà que mon élastique doublé/tressé (Fun fishing 3.6mm) claque à moitié : il ne me reste qu'un seul brin qui tient encore le coup...

 

Et clac fait l'élastique !

 

Je me retrouve donc avec seulement 3 éléments de canne et un élastique prêt à lâcher et qui ne sert plus à rien : c'est chauuuddd !! Heureusement pour moi, la fin du combat se passe sous un pont et le silure ne peut donc pas partir "au large" ! En y allant trèès doucement, je réussis à l'approcher du bord et à le faire glisser dans l'épuisette ... ouf !

Et la poisse continue : le filet de l'épuisette lâche également. Bon, on y va à la main, en équilibre sur une berge en pente ...

 

Sportif, la mise à l'épuisette !

 

C'est bon ! Merci au passant qui m'a aidé à remonter sur la terre ferme !

Pour une première pêche, c'était sportif ! Un beau moustachu (le poisson hein ...) de 1m73.

 

Joli moustachu d'1m73 !

 

Je n'ai pourtant pas souvent de problème de matériel, mais cette fois, c'était en cascade !

 

La pêche suivante, la température de l'eau a dépassé les 20 degrés : je crains la fraye... à raison apparemment ! Excepté un poisson qui frôle la ligne (bas de ligne plein de mucus), rien ne bouge. Capot donc.

 

J'attend une douzaine de jours et j'y retourne ! Eau à 23 degrés. Cette fois, la fraie est bien finie : des touches de partout !

Je fais une première pêche rapide, de 30 minutes (juste pour vérifier la fin de la fraie donc) : un poisson d'1m36.

 

Silure d'1m36

 

La fois suivante, je finis avec 4 poissons en moins de 2h, tous entre 1m12 et 1m36.

 

Silure d'1m12Silure d'1m15Silure d'1m36Et un petit dernier d'1m20

 

Les gros n'étaient pas de sortie aujourd'hui, mais la pêche était vraiment sympa !

 

Les 2 dernières pêches sur ce poste sont un peu plus mornes : un poisson d'1m35 pour sauver l'honneur puis un capot ... il est temps de bouger apparemment.

 

 Dernière pêche sur ce poste : 1m35

 

Fin juin / début juillet : deuxième poste

 

Je n'ai jamais pêché ici donc il me faut, dans un premier temps, "valider" la place. C'est à dire :

- est-ce pêchable ?
(pas trop d'accrocs ou d'obstacles inattendus, de courants/contre-courants qui ne se verraient pas trop en surface, ...)

- Y a-t-il du poisson ?

Le but n'est pas de faire une pêche miracle. Au contraire même : ce serait contre-productif sur le long terme. Je pêche (et amorce) durant plusieurs jours sur un poste donné. Faire une grosse pêche dès les premiers jours risqueraient de leur faire peur définitivement, avant qu'une vraie compétition alimentaire ait le temps de s'installer.

Donc pêche de 30/40 minutes, et sort, au maximum, un ou deux poissons. Surtout pas plus.

 

Première étape, comme toujours : l'amorçage ! Quelques kilos pendant 2 jours, bien étalés sur plusieurs dizaines de mètres carrés.

Ensuite, et bien que je préfère la pêche au flotteur & agrainage, il est plus prudent de débuter au pôle-feeder ou en plombée. Ces 2 techniques "statiques" permettent de prendre un poisson isolé sans aucun problème ... même s'il est tout seul sur le poste ! A l'inverse, l'agrainage jouant sur la compétition dans un groupe, il est beaucoup efficace sur un bon paquets de poissons.

En résumé, si on veut jouer la sécurité et qu'on ne sait pas du tout sur quoi on va tomber, il faut éviter le flotteur !

 

Toujours amorcer. Toujours toujours toujours ! 

 

Donc c'est parti, je lance 2 poignées de pellets en arrivant, déballe rapidement le matériel et mouille quelques grammes d'amorce. Pas besoin d'en prendre une tonne pour 30 minutes de pêche.

Le rythme de relance du feeder doit être assez rapide, surtout en début de pêche : 2 minutes à peine ! D'une part, il faut bien se rendre compte que tout sera englouti par les moustachus très rapidement dès qu'ils seront là. Et d'autre part, le bruit du feeder qui tombe à l'eau est lui-même un très bon amorçage ...

 

Après sondage, ce poste semble l'exact opposé du précédent : le fond est plat et sans accro, le courant est lent ... mais par contre, j'ai très peu de place pour les combats (quai limité, bateaux-mouches et péniches, touristes de partout). Le poste parfait n'existe pas...

Allez, je ne vais pas me plaindre : du moment qu'il y a du poisson, je suis heureux !

 

 Remplissage du feeder ...

 

Toujours est-il que je n'ai pas le temps de tergiverser : au deuxième feeder à l'eau, je sens un gratouilli dans la canne ... et paf, ferrage !

Et voilà un poisson d'1m22 qui rejoint la terre ferme !

 

Un poisson d'1m22 qui a attaqué direct !

 

J'hésite à ranger tout de suite... mais je ne résiste pas à tenter encore quelques minutes. Difficile de plier après 5 minutes de pêche !

Et 10 minutes après, c'est un glouton d'1m08 qui vient recracher l'amorce sur le tapis de réception.

 

Suivi d'un (petit) glouton !

 

Cette fois c'est bon, je peux rentrer : le poste est validé haut la main !

 

2 jours après, j'y retourne pour une "vraie" pêche. Etant donné que le poste semble avoir une bonne densité de poissons, je vais tenter agrainage et flotteur.

Durant les 20 premières minutes, je vais rater un nombre de touches incroyables : ils arrivent à systématiquement me voler les frolics, sans se piquer.

Finalement, en insistant un peu, un petit silure de 85 centimètres se pique de lui-même. C'est toujours ça de pris ...

 

Un ptichoune !

 

Et après ça, bizarrement, plus rien ne bouge pendant bien 30 minutes.

Et, alors que je pensais changer de technique devant le manque de résultat, mon flotteur plonge et l'élastique (ultra-tendu, je le rapelle) sort de plus de 6 mètres avant même que j'ai le temps de dire "silure" !

 

C'est du big !Aïe aïe aïe !C'est du big !

 

J'arrête, difficilement, le départ du poisson vers le large et le vrai combat s'engage alors : rushs, passages sous les péniches, retour vers le bord en cherchant à passer sous la berge, gros coups de tête... la totale ! Et toujours, autant que possible, en continuant l'agrainage sur le poste pour maintenir les poissons en activité ! Chaud ...

 

C'est du big !Pas le bateau, pas le bateau !Pas le bateau, pas le bateau !

 

N'ayant pas assez confiance dans la résistance du filet de mon épuisette, je préfère attraper le poisson à la main. Après 20 minutes de combat, un magnifique moustachu de 1m91 rejoint donc la terre ferme !

Bêtement, j'ai oublié mon appareil photo ... heureusement, il y a toujours un ou deux touristes pour me tirer d'affaires ! Merci à eux !

 

Silure d'1m91Silure d'1m91

Remise à l'eau bien méritée !Remise à l'eau bien méritée !

 

 

Suite au combat, j'ai quelques gros doutes sur la présence des poissons sur le poste : la discrétion n'était pas le point fort du précédent silure !

 

Mais finalement, je me pose trop de questions : 5 minutes après la reprise, ça repart. Et encore un poisson qui semble très lourd et refuse obstinément de décoller du fond ! Les rush sont sévères et bien difficiles à arrêter ...

 

A peine posé ... c'est reparti !Le combat repart de plus belle !

Le combat repart de plus belle !Le combat repart de plus belle !

15 à 20 minutes de combat plus tard, c'est cette fois un silure de 1m80 que je décroche avant, comme toujours, de lui rendre sa liberté ! Un peu maigrichon, comparé aux poissons de Seine habituels, mais en pleine forme apparemment !

(cette fois, pas de touristes sympa pour une photo ... c'est un comble, vu le nombre de personnes !)

 

Encore un joli poisson, de 1m80 cette fois !

 

Bon, avant de reprendre la pêche une nouvelle fois, je me repose quelques minutes et m'étire un peu ... j'ai les mains qui tremblent suite aux combats ! Pourquoi faire de la muscu quand on peut aller à la pêche ? ;=)

Allez, c'est reparti. Bon pour le coup, après plus d'une heure sans touche, je commence à douter un peu.

Changement de stratégie : passage en plombée et sac soluble. Et, avec un peu de bannière, je peux déposer la ligne un peu plus loin que mes coulées au flotteur, et légèrement en aval. Des fois que les poissons soient toujours présents mais en retrait, pour s'éloigner du raffût ...

 

 Un ptit sac soluble "qui va bien" !

 

Et bim, à peine posé, c'est parti ! Comme quoi, le bon choix de stratégie reste le plus important et on peut pêcher quasiment "sur" les poissons sans rien piquer si la technique est "à côté de la plaque" !

Ce dernier poisson est moins gros mais très très nerveux : un vrai bonheur niveau combat !

 

Et un dernier d'1m43, pour bien finir ...

 

Voilà un silure d'1m43 qui vient joliment terminer cette partie de pêche !

Au final, en 3h30 au bord de l'eau, c'est 4 silures sortis, dont 2 qui dépassent 1m80 ... génial !!

 

Quelques jours après, je retourne au même endroit avec un ami, qui découvre ce style de pêche, au pôle-feeder.

Nous déchanterons rapidement : 2 casses et 6 décroches en 2h, puis plus rien qui bouge par la suite. Ca ne marche pas à tous les coups !

Silures versus Pêcheurs : silures vainqueurs !

 

Ma dernière pêche sur ce poste sera plus correcte : je sors deux poissons d'1m55 et 1m38, en 1h environ. A noter qu'après 3/4 d'heure au pôle-feeder, sans aucune touche, le passage en plombée a tout changé : la touche fut immédiate, 2 minutes après le changement de technique ! Etonnant ...

 

 1m55

 

 

Troisième poste

Depuis le temps que je suis sur Paris, je n'avais jamais pêché au niveau de la tour Eiffel ... il était temps de rectifier le tir !

 

Pêche sous la tour eiffel !

 

Bon, je savais que le poste était relativement profond ... mais pas à ce point là ! Environ 8 mètres à distance de grande canne. Rien que ça.

Et puisqu'il faut bien corser un peu les choses de temps en temps, le fond est en pente (assez raide) et semble parsemé de rochers.

Et le trafic de bateau, très important ici, change les courant et contre-courant en permanence : ma ligne est parfois repoussée vers le bord (et quand on sait que, en perdant 1 mètre de distance, on perd au moins 50 centimètres de fond, on se rend compte de la difficulté ...) ou vers le large.

Bref, en résumé : j'ai bien galéré !

J'ai mis un flotteur de 12 grammes, mais il faudrait au moins le double pour passer correctement.

Quelques touches-éclairs (mais ratées) m'encourage à continuer au flotteur malgré tout. Et en insistant, je finis au bout d'1h par piquer un petit 1m07. Ouf, pas capot !

 

Un p'tit, mais le cadre rattrape tout !

 

Par la suite, plus rien ne semble bouger ... mais je ne suis pas sur de passer correctement sur le poste.

Je passe en plombée et, après quelques passages de poissons dans le fil, ça démarre ! Un sous-marin ! Il fonce sous le pont et ... réussit à m'ouvrir mon Hayabusa N°4. Oups !

 

Combat ... avec un sous-marin !Combat ... avec un sous-marin !

 

Je finis le reste de la pêche sans rien d'autres, excepté quelques touches de brèmes probablement.

Un poste difficile mais prometteur !

 

Pour finir, voici la vidéo compilant tout ça !

 

Et la version smartphone est visionnable sur ce lien.