Recherche guidée

Recherche par thème

Contenu

Poissons

Technique

Matériels et montages pour le silure (au coup)

Voici une revue en détail du matériel que j'utilise pour pêcher le silure avec une canne au coup, et une description des différents montages possibles.

 

Sommaire

 

 

Préambule

Avant d'attaquer le détail du matériel, je préfère vous prévenir avant que vous vous lanciez dans cette aventure : la pêche du silure au coup est très exigeante ! Sur le matériel, elle ne permets pas d'approximation. La moindre erreur, que ce soit au niveau du choix du matériel, du montage (élastique, ligne ou même simplement les emmanchements de canne mal mis) et c'est foutu. De plus, même quand tout est nickel, il faut savoir gérer le combat correctement ; et c'est loin d'être une tâche facile, du moins au début... tout simplement par manque d'habitude. Cela n'a rien, mais RIEN, à voir avec les carpes.

En résumé, si vous souhaitez débuter cette pêche, attendez-vous à subir tous les éléments suivant :

  • des décrochés (dans le meilleur des cas),
  • des casses (de ... n'importe quel élément de la chaine, de la canne à l'hameçon),
  • des capots. De nombreux capots,
  • beaucoup de frustration, surtout au début... imaginez que vous ayez enchainé 5 jours de suite en étant capot. Et que le 6ème jour, vous touchiez un silure qui vous démonte tout le matos en 10 secondes. Ca vous parait exagéré ? C'est pourtant ce qui est arrivé à un ami venu tenter la pêche à Paris. Et lui au moins, il a piqué du poisson ... pas comme d'autres moins chanceux avant lui !

 

Mais vous pouvez avoir aussi :

  • une montée d'adrénaline de fou,
  • des sensations incroyables (et des muscles tout courbaturés ensuite),
  • l'envie d'y retourner dès que tout est fini et la sensation d'être définitivement accro aux moustachus !

 

 Quelle canne pour le silure ?

La canne est évidemment l'élément le plus important pour ce type de pêche. Pour qu'elle résiste aux combats, la canne doit contenir beaucoup de carbone (donc exit les poids plumes de compétition) et plier facilement sous la tension (à ne pas confondre avec une "nouille"....). Une canne réputée solide mais qui ne plie pas ne conviendra probablement pas. Je pense notamment à la Maver Invicible que tant que pêcheur semblent trouver indestructible... et qui m'a cassé presque toute seule dans les mains, dès qu'un poisson a tiré "un peu" trop.

 

Bien que jusqu'à maintenant, j'ai plutôt testé les modèles Milo, je ne suis pas sectaire et certains modèles d'autres marques peuvent sans doute convenir.

En vrac, quelques références :

  • Milo :
    • Gerardix 900 et Maline : un peu "light" et courte, mais pour débuter, ça peut aller.
    • Geradix 1750.
    • Carp maxi (version 2011) non testée.
    • Greedy (version 2012) testée et rejetée : il y a un défaut sur le talon, qui me l'a fait explosée dans les mains pendant les combats... 2 fois sur 2 essais ! Dommage, le reste de la canne étant identique à la 1750, donc ultra-costaud...
    • Gerardix pro carp : quasi identique à la 1750 donc ça va. Attention, aussi bien la 1750 que celle-ci peuvent casser si elles sont mal utilisées ou sur une erreur de combat. Et ça peut vite arriver. En contre-partie, elles permettent de bien brider un poisson quand nécessaire.
    • Carp concept : canne lourde et très souple. Elle est, du coup, presque incassable en combat car elle plie tout le temps. Mais il est plus dur de brider un poisson.
  • Garbolino : La Garbolino Walking Pole Concept semble pas mal à première vue. Je ne l'ai pas encore testée, mais sur le papier, elle me plait bien.

Je vais pas faire le tour de toutes les marques, tout simplement car je ne les connais pas toutes, mais je ne serai pas étonné que chacune possède au moins un modèle de canne pouvant convenir à la pêche du silure au coup :

Et j'en passe ... ;)

Ah, et un dernier point pour répondre aux nombreuses questions que je reçois : oui, j'utilise actuellement surtout la 1750 et la carp concept, et non je ne peux pas vous aider à choisir entre l'un ou l'autre de ces modèles. Cela dépend de vos préférences en matière de canne et de combat, de vos postes (faut-il brider ou c'est libre ?), de votre crainte de casser un élément, etc...

En résumé : carp concept = lourd, plie sans casser, donc pas forcément agréable et ne peut pas brider correctement. Et 1750 = un peu moins souple et moins lourd, peut brider un poisson si besoin. Peut casser facilement en cas d'erreur dans le combat. Demande donc plus de maitrise en cas de gros poissons.

 

Quel élastique pour le silure ?

 

En terme d'élastique, j'ai essayé beaucoup de chose :

  • des élastiques pleins de 2.1 à 2.5 millimètres , peu tendus. Je ne les ai utilisé qu'à mes débuts, lorsque je pêchais fin (24 à 30 centième). Evidemment, j'ai vite abandonné... Mais pour des poissons jusqu'à 1m40, cela reste tout à fait possible. Et ces élastiques peuvent être utilisés avec n'importe quelle canne de type carpodrome...
  • des élastiques pleins 2.5 millimètres, doublés, triplés ou quadruplés . Assez efficace, surtout sur les gros poissons. Mais cela ne permets pas de garder le contrôle pendant tout le combat. Il s'étire trop si on le laisse détendu, et pas assez si on le tend. Fonctionne, mais loin d'être parfait. Je les ai totalement abandonné maintenant.
  • des élastiques creux 3.8 millimètres très tendus, sur 3 ou 4 brins . Excellent lorsque l'on ne pêche pas des "monstres" ou que la ligne n'est pas en tresse de trop grosse résistance.
  • des élastiques creux de 3.8 millimètres, doublés et tressés entièrement, et relativement tendu. C'est ce que j'utilise actuellement et j'en suis totalement satisfait. Parfait pour les gros poissons. Je règle la tension de l'élastique pour celui-ci ne sorte pas plus de 3 ou 4 mètres maximum. Parfois même moins, ça dépend du poste.

 

Pour ce dernier choix, que j'utilise donc désormais exclusivement, je tend l'élastique sur 2 ou 3 brins, selon la longueur que j'ai à disposition. Ca ressemble à ça :

Sur un élastique avec noeud "araignée",  il est toujours possible de mettre un tissus de protection. Sur un élastique avec noeud "araignée",  il est toujours possible de mettre un tissus de protection.  

Après chaque combat, et avant chaque partie de pêche, je vérifie en détail toute la longueur de l'élastique. En effet, vu la tension de celui-ci pendant un combat, le moindre défaut peut être fatal. Et quand je dis en détail, je veux dire vraiment en détail !

Exemple d'un élastique qui semble parfait à première vue :

  Un élastique qui semble parfait, à première vue...

.... mais qui est bon à jeter quand on regarde de près, en tendant bien l'élastique :

  ... et pourtant, l'élastique est bon à jeter, quand on regarde de près ! ... et pourtant, l'élastique est bon à jeter, quand on regarde de près !

 

Autre exemple d'élastique qui semblait parfait mais qui a un défaut :

Un élastique abîmé...

Mes références pour les élastiques creux sont :

  • Le Vespe : pour moi le meilleur sur ce type de pêche, car il s'agit du plus "raide" et résistant du commerce.
  • Le Drennan : pas mal, mais un peu mou. Très bien en doublé.
  • Le Fun-fishing : à peu de chose près identique au Drennan mais il est u peu fragile ... ça passe sur des poissons moyens mais pas sur les vrais gros.

 

 Liaison élastique / canne

 

Pour relier l'élastique à la canne, j'utilise, comme pour la carpe, une tresse que j'accroche avec un système de boucle dans boucle à l'élastique, et que je bloque entre 2 éléments de cannes.

La tresse doit avoir quelques caractéristiques bien précises :

  • Le plus évident : elle doit être très solide.
  • Elle ne doit pas être trop fine, sous risque d'abîmer la canne après quelques prises et des combats violents. Une tresse fine peut assez rapidement "scier" le carbone de l'emmanchement qui la bloque.
  • Elle ne doit pas non plus être trop grosse, car on risque alors de mal emmancher la canne et de casser celle-ci pendant le combat (testé et approuvé ... sic !).

De plus, afin que la tresse n'abime pas l'élastique, je prend soin de glisser une gaine en caoutchouc sur la tresse, avant de faire le boucle dans boucle.

Sur un élastique "simple", la liaison avec la tresse donne ce résultat :

Pour lier l'élastique à la tresse, on fait un simple boucle. Une tresse gaînée pour la liaison canne / élastique Et un boucle dans boucle suffit pour la liaison élastique / tresse.

 

Et sur un élastique version "Monstre" :

Un élastique "Monster" : du 3.9 mm quadruplé ! Un élastique "Monster" : du 3.9 mm quadruplé ! Un élastique "Monster" : du 3.9 mm quadruplé !
 

Une fois la tresse reliée à l'élastique,  il faut la bloquer entre 2 emmanchements de canne, comme ceci :

La tresse est bloquée entre 2 emmanchements. On scotche bien la tresse à la canne, pour éviter qu'elle glisse



Pour que la tresse ne risque pas de glisser, on la scotche le long de la canne. Une boucle est faite sur la tresse et le scotch est passé "dans" la boucle : là encore, on évite au maximum que l'ensemble du montage glisse lors d'une trop forte tension.

Reste plus qu'à tout ranger ... et aller au bord de l'eau !

Evidemment, on protège l'élastique pour le rangement. Pour ranger un élastique un peu gros, le tout est protégé de la canne par du tissus un peu épais. Prêt à pêcher !

 

 

Canne et emmanchements


Tous les éléments de la canne doivent être emmanchés avec soin :

  • pas assez emmanché, et le risque de casse pendant un combat augmente considérablement.
  • trop, et vous risquez de bloquer votre canne...

De plus, la tension pendant un combat pouvant être très importante, je prend maintenant soin de scotcher les 3 ou 4 premiers éléments de la canne. Voir même la totalité de la canne si vous avez de la place et que ça ne vous dérange pas de tout ramener en arrire pour récupérer la ligne.
Pas besoin de mettre trois tonnes de scotch non plus ceci dit hein...

Les emmanchements sont solidement scotchés por le combat !

 

 

Liaison élastique / ligne


Pour relier la ligne à l'élastique, on commence par une règle d'or (valable également pour pêcher la carpe) : jamais de connecteur intermédiaire !
En plastique plus ou moins dur, ils ont tendance à abimer et la ligne et l'élastique, lorsque la tension est trop forte.
Et surtout, en cas de décrochage ou de casse, le connecteur revient (très) vite et peut casser la canne.

Donc la règle est simple : toujours relier la ligne en direct sur l'élastique. Cela se fait via un noeud très simple :

Explication du noeud araignée, pour attacher la ligne à l'élastique



Afin de ne pas abimer l'élastique pendant le combat, j'ajoute désormais une gaine en plastique sur le fil avant de faire le noeud.

Autre méthode pour protéger l'élastique de la tresse : une gaine en caoutchouc enfilée sur la tresse. Autre méthode pour protéger l'élastique de la tresse : une gaine en caoutchouc enfilée sur la tresse.


Ou, beaucoup mieux, je mets un "manchon" en tissu autour de l'élastique, afin que le fil (souvent de la tresse fine, donc coupante) ne puisse pas couper l'élastique.

Sur un élastique avec noeud "araignée",  il est toujours possible de mettre un tissus de protection. Sur un élastique avec noeud "araignée",  il est toujours possible de mettre un tissus de protection.
 

Et top du top (quand je suis motivé !), le plus solide reste le boucle dans boucle, avec un tissus bien épais pour protéger l'élastique.

L'élastique "Monster", coté ligne : un manchon en tissus est indispensable pour éviter que la tresse ne coupe tout ! Une gaine en tissus placée sur l'élastique est idéal pour éviter que la tresse le coupe.

 

Ligne et Bas de ligne


Selon les lignes utilisées, j'utilise plusieurs types de fils :

Du nylon 50/100 minimum, en corps de ligne quand je pêche au pole-feeder ou en plombée. Je suis même passé au 80/100 spécial anti-abrasion, pour les postes un peu encombrés...
De la tresse de 25 ou 30 kilos, en corps de ligne pour la pêche au flotteur. Personnellement, j'aime beaucoup la Power Pro (attention à bien prendre de la 4 brins, pas de la 8 ! Cette dernière est plus souple mais moins résistante à l'abrasion. Ou aux dents du silure ...)

La tresse power pro en 50 livres, pour le corps de ligne.


De la tresse de 15 ou 20 kilos, en bas de ligne. Il est tentant de vouloir monter plus gros, mais je ne le vous conseille pas. Ou du moins, pas avant d'avoir suffisamment éprouvé l'ensemble de votre matériel pour connaitre les limites exactes de chaque partie.

La tresse power pro en 30 livres, pour le bas de ligne.


Du nylon de 20 à 25 centième, pour la réalisation du cheveu.
Du nylon de 30 à 40 centième, comme cassant pour accrocher un feeder ou une plombée.

 

Hameçons

Comme toutes les pêches, le type de l'hameçon dépend presque entièrement du type d'appât utilisé :

- Si je pêche avec un seul frolic, j'utilise des hameçon numéro 8 à 4.

Un montage cheveu classique.


- Pour 2 ou 3 frolics, ou pour un gros pellets, je prend un numéro 4 à 1/0.

L'hameçon est  accroché avec un noeud palomar. Un bon gros pellet sur un cheveu


- Enfin, pour les vifs, cela peut aller du triple 1/0 au simple 7/0... selon la taille du vif.

P8080424



Au niveau des modèles utilisés, je suis un inconditionnel des Hayabusa BIL 288 dans les petites tailles et les Owner ST 66 dans les grosses tailles.


Dans tous les cas, un point primordial à vérifier régulièrement, c'est le piquant de l'hameçon utilisé : pour cela, je fais glisser la pointe de l'hameçon sur un ongle en appuyant à peine. S'il pique, c'est bon. Sinon, il faut aiguiser la pointe... ou jeter l'hameçon, si la pointe est trop émoussée.
Je suis impitoyable sur ce point : un hameçon qui ne se pique pas "tout seul", c'est une grosse probabilité de raté un poisson un ferrage. N'hésitez pas : économiser 50 centimes ne vaut pas de perdre un gros poisson.

Une pierre à aiguiser : indispensable pour les hameçons !


Et il est parfois impossible de différencier à l'oeil nu un bon hameçon d'un autre dont la pointe est émoussée. Par exemple, sur la photo ci-dessous, l'hameçon de gauche est  nickel, alors que celui de droite est parti à la poubelle (pour cause de pointe trop émoussée).

A gauche, un hameçon parfait. A droite, il est bon à jeter.
 

 

Montage flotteur, à passer

Ce montage est parfait lorsque l'on souhaite pêcher le silure en agrainant (peu mais souvent, comme toujours) frolic et pellets.

Le principe est d'avoir une ligne qui dérive à la même vitesse que le courant, sans (trop) entraver le comportement du frolic qui garnit l'hameçon.
Le poid du flotteur dépend donc du courant et de la profondeur. du poste. Pour exemple, à Paris, j'utilise des flotteurs entre 1 et 6 grammes environ.
Afin d'éviter que le flotteur soit réduit en charpie pendant le combat, il faut absolument prendre un modèle à fil intérieur.

Un flotteur à fil intérieur : indispensable.


La plombée est assez classique : un plomb de touche à 25/30 centimètres de l'hameçon et une plombée principale 40 à 60 centimètres plus haut. Et si le flotteur est assez léger, une plombée "brutale" suffit.

La plombée est on ne peut plus simple...



Le corps de ligne est en tresse 25 kilos, plutôt qu'en nylon : l'ensemble est plus souple, donc plus adapté à une pêche à passer.
Le bas de ligne est également en tresse, de 15 à 20 kilos.

Enfin, pour rendre la dérive des frolics plus "naturelle" ...si je puis dire... j'ajoute 2 ou 3 petits bouts de mousse sur le cheveu, pour alléger le poids de l'ensemble frolic / hameçon.
Le(s) frolic doit couler mais tout juste.

De la mousse, pour alléger les montages.

 

Montage pole-feeder

Plus polyvalent que le montage au flotteur, et moins contraignant que la pêche au vif : le pole-feeder est le montage par défaut idéal, quand on ne sait pas quel comportement vont avoir les poissons.

La ligne est constituée de nylon en 50/100 (ou plus). Cela évite les emmêlages avec feeder et bas de ligne.
Le feeder est sur une potence de 15 à 20 centimètres, sur un cassant en tresse 7 kilos. Oui, ça fait gros pour un cassant... mais bon, le cassant n'est là qu'en dernier recourt ! On n'est pas sensé perdre son feeder à tout bout de champ.
Idéalement, j'ajoute également un anti-emmêleur sur le cassant... mais c'est facultatif.

Le feeder est mis sur une potence, idéalement avec anti-emmêleur.


Le feeder doit être suffisamment lourd pour que l'on puisse bien "sentir" la ligne avec la canne. Donc 50 ou 60 grammes minimum. Pour débuter, je conseillerai même plutôt 80 grammes. Mais il est vrai que je parle de pêche à Paris, dans sans panier-siège et sans barre d'amorçage pour poser la canne...

Un gros feeder est indispensable, au moins en début de pêche !

Pour débuter la pêche, il peut être utile de commencer avec bon gros feeder, pour déposer un petit tapis de nourriture avant de commencer.

Et un "très" gros feeder pour les jours où ils ont faim...


Le bas de ligne, toujours en tresse 15 à 20 kilos, doit mesurer minimum 60 à 70 centimètres (jusqu'à 1 mètre certains jours). S'il est trop court, ça entraine touches éclair, ferrages dans le vide et décrochages...

Ici aussi, j'ajoute de la mousse sur le cheveu pour alléger l'appât. J'en suis devenu un inconditionnel, tant que je trouve la différence d'efficacité flagrante, par rapport à une ligne "classique".

A noter : il est tout à fait possible de passer d'une ligne à passer au pole-feeder, en ajoutant simplement la potence à l'endroit souhaitée sur la ligne... et voila ! En cas de flemme aigüe, ou pour changer rapidement de technique sans tout refaire, c'est parfait.

L'action de pêche est assez simple : on remplit le feeder, on dépose la ligne précisément, et on tend le fil. La touche se ressent dans les mains, et il faut se garder de ferrer trop vite... sous peine de décrochages à gogo.

On bouche le feeder d'un coté avec un bouchon d'amorce. On remplit le feeder de pellets On remplit le feeder de pellets On rebouche le tout avec un peu d'amorce... Et voilà, prêt à pêcher !  

 

Montage plombée, façon carpiste

 
Le montage est quasiment identique au pole-feeder, en remplaçant le feeder par un plomb d'arlesey (par exemple).

L'amorçage se fait alors via un sac soluble (ou fil soluble) permettant d'amorcer avec précision.

J'utilise cette technique dans 2 cas de figure :

  • Lorsque la pêche est particulièrement délicate, qu'il ne faut pas trop disperser les poissons et qu'il ne faut pas trop amorcer non plus. Donc quand le but n'est vraiment de ne piquer qu'un seul poisson.
  • Lorsque, suite à une pêche au feeder ou au flotteur, les poissons ne mordent plus mais sont manifestement encore sur le poste. Une approche telle que celle-ci, plus discrète et précise, fait souvent la différence. Du coup, je finis très souvent mes pêches au flotteur par un passage de 20/30 minutes en plombée, pour vérifier s'il ne reste pas un dernier poisson à prendre ...


Dans ce cas, une fois la ligne mise à l'eau avec le sac soluble, j'attend minimum 20 à 30 minutes avant de remonter le tout.

Du fil soluble... Indispensable pour les pêches difficiles ! frolics_fil_soluble


 

Montage pour pêche au vif

La technique la plus efficace quand rien ne marche ! Le seul problème, c'est qu'il faut prendre au moins un vif pour que ça fonctionne...

Le corps de ligne est en gros nylon (50 ou 60 centième), le bas de ligne aussi (moins gros que le corps de ligne, évidemment...). En plombée, un simple caillou sur un cassant fait très bien l'affaire ! De toute façon, il a pour vocation de rester au fond...

Pont_Marie_15-09-2009_009

Le montage est un pater-noster, c'est à dire ce montage là :

Le montage pater-noster, pour la pêche au vif

 Le vif doit nager entre deux eaux, voire même en surface. Il sera ainsi repéré plus facilement par les silures que s'il est posé au fond... et les silures attaquent plus naturellement par en-dessous que par au-dessus.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la "touche" est plutôt discrète et on ne voit pas forcément l'attaque quand elle arrive. Le fil se tend un peu plus que d'habitude, lentement, comme si quelques algues s'étaient prises dans la ligne.Il est de toute façon inutile de se presser : un ferrage trop rapide aurait toutes les chances d'arracher le vif de la gueule du silure, sans le piquer !

Le ferrage doit également être beaucoup plus ample et costaud que pour une pêche au frolic : la taille des hameçons n'est pas la même ... !

 

Enfin, quelque soit la technique, si la touche tarde à venir, il ne faut pas hésiter à aller chercher le poisson dans la coulée, plus proche, plus loin, moins profond ou plus profond ! Comme la carpe, le silure est un poisson têtu et si vous pêcher "à coté", vous pouvez très bien rater complètement votre pêche...

Voilà, vous êtes parés !