Recherche guidée

Recherche par thème

Contenu

Poissons

Technique

Coup d'oeil sur... la pêche du silure au coup

Depuis mi-2007, j'ai commencé à rechercher les carpes en fleuve et, de fil en aiguille, j'ai fini par toucher du silure ... et j'ai adoré !

Depuis, j'essaye d'améliorer la technique, trouver quel matériel utiliser, où pêcher, etc... Bref, je découvre !

Etant donné que j'ai reçu plusieurs questions concernant ce type de pêche, je vais essayer de résumer ici mes 1ères observations.

Avant tout chose, je voudrais préciser que ce n'est pas le type de pêche le plus efficace pour le silure,et de loin ! En revanche, on peut avoir d'excellentes sensations et, pour un pêcheur au coup, ça permet de changer radicalement sa vision des choses et d'avoir quelques belles montées d'adrénaline !!

 

Le coin de pêche

C'est à mon avis le point sur lequel il faut prêter le plus d'attention.

D'une part, il faut évidemment s'assurer que la population en silures est suffisante ! Dans des fleuves comme la Seine, le Rhône, la Garonne... ou leurs affluents respectifs... pas trop de problème, la population est généralement importante et, pour peu que vous amorciez régulièrement, il y a de forte chance pour que quelques silures viennent se balader sur votre coup.

Sachez qu'il est plus facile de maintenir des silures dans une profondeur relativement importante dans laquelle ils se sentiront en sécurité... mais que cela ne les empêche pas, quand ils sont en chasse, de venir sur des bordures ou de faibles profondeurs ! J'ai déjà piqué un monstre, au vif, dans 80cm d'eau à 1 mètre du bord... (ce n'était pas au coup, j'avais un bon moulinet avec 150 mètres de tresse 18kg... et pourtant il m'a tout explosé assez facilement... comme quoi, même les gros peuvent s'approcher parfois !).

D'autre part, il faut penser au combat !! Pour cela, vous devez regarder 2 choses :

  • si l'endroit est suffisamment dégagé . A moins d'être en étang (ce sera plus facile qu'en rivière...), ou de n'avoir affaire qu'à des petits spécimen, il faudra vous éloignez à tout prix des zones encombrées. Et prévoyez large !! Courir avec sa canne sur 100 mètres, suite à un rush, ce n'est pas rare ! Je dirais même qu'il faut vous y attendre...

 

oops-ca-plie_17

  • si vous pouvez accéder facilement à l'eau. Autant pour un "petit" silure, disons jusqu'à 1 mètre, on peut l'épuiser sans problème. Autant pour une bestiole d'1m50 ou plus... ça pose quelques problèmes ! Donc prévoyez des gants plutôt qu'une épuisette, pour attraper le silure à la main, par la machoire inférieure. (ou alors vous faites comme moi... vous bidouillez un bricolage bizarre pour faire une grande épuisette... pour vous rendre compte une fois au bord de l'eau que finalement, c'est pas pratique du tout et c'est quand même trop petit !).

Silure-au-coup-19-07-07-7

 

La technique

Dans mon approche de ce type de pêche, le point clé est l'amorçage. C'est clairement les silures qui doivent venir à vous, et pas l'inverse. Et pour ça, y a pas 36 solutions : il faut amorcer régulièrement pour qu'ils prennent l'habitude de venir sur votre poste.

L'amorçage doit être constitué en grande partie par des graines du style chénevis, blé, maïs, et autre graînes à pigeons... le but principal étant de créer une grosse activité chez les poissons blancs afin que ceux-ci attirent à leur tour les silures. Je rajoute également des frolic et/ou des pellets, car les silures sont très attirés par les fortes odeurs...

Au niveau quantité, n'ayez pas peur ! Faut y aller largement... je ne pense pas que donner des chiffres vous aide beaucoup, car tout dépend de l'endroit où vous êtes, mais pour vous donnez une idée : en été, à Paris, là où pour pêcher le gardon ou la brème, je vais jeter 2 à 4 litres de graines, pour le silure,je vais en mettre 6 à 12 litres (par jour). Rajoutez à ça au moins 2 kilos de frolic/pellets (beaucoup beaucoup plus si vous souhaitez avec des frolics/pellets sur un cheveu et pas avec un vif !). Au moins 3 ou 4 jours d'amorçage préalable avant la pêche, et je pense qu'une bonne semaine est plus sûre. Eh oui, c'est un amorçage en 2 temps... d'abord les blancs, puis les silures.

 

oops-ca-plie_2

 

  • pêche au vif :

Surement la méthode la plus efficace lorsqu'on cherche spécifiquement le silure. Après plusieurs essais, j'ai remarqué que même quand ils sont boudeurs et refusent des frolics, ils se jetteront quand même sur un vif.

Inconvénients : il faut attraper au moins un vif ! Tongue out Et surtout, surtout... j'ai l'impression que les départs sont BEAUCOUP plus violents au vif qu'au frolic ! C'est un élément important à prendre en compte, car au coup, c'est souvent au départ qu'il y a le plus de risque de casse...

oops-ca-plie_16

 

Le principe est simple : il faut présenter un vif au dessus des silures. Ceux-ci attaquent plus facilement et naturellement par en dessous que si le vif est à leur hauteur, ou pire, en dessous.

Donc montage en pater-noster. Le corp de ligne est relié à un émérillon triple très (très !) costaud, auquel on attache un bas de ligne de 1mètre environ, pour laisser un peu de liberté au vif. Enfin, on rajoute à l'émérillon un cassant de minimum 1m50 (afin que le vif soit au dessus du fond), et parfois plus, selon la hauteur à laquelle vous voulez mettre votre vif. Sur le cassant, un plomb qu'il vous faudra choisir soigneusement afin qu'il tienne tout juste le fond. Un peu comme au feeder, il faut qu'à la touche, le plomb glisse facilement sur le fond. Mais il faut quand même que le vif ne partent pas n'importe où... bref, question de courant, de profondeur, de vif et...de feeling ! Perso, pour un gardon de 400/500 gr en Seine, avec 4mètres de fond, je vais mettre un plomb d'environ 100/120 gr.

Ne choisissez pas un plomb de bonne qualité, de toute façon, il restera surement au fond quand vous aurez un silure... Une pierre peut tout aussi bien faire l'affaire, pour peu que son poid convienne.

Le cassant est généralement en 20 ou 22/100.

Les hameçons dépendent de la taille des vifs, mais grosso modo, toujours pour mon gardon de 400/500 gr, ce sera un simple 6/0 piqué dans le nez, et un triple 2/0 sur le coté.

oops-ca-plie_11 oops-ca-plie_13 oops-ca-plie_14 oops-ca-plie_15

 

L'action de pêche est vraiment très simple : on dépose la ligne sur le poste, et on bloque... si rien ne se passe, on peut essayer de bouger un peu le vif autour du coup, histoire de voir si on peut provoquer un poisson un peu amorphe... varier la hauteur du vif peut parfois aider, les silures bougeant parfois beaucoup dans la couche d'eau. J'ai vu plusieurs fois un silure attaquer directement en surface... ça surprend !

 

Une attaque sur une belle brème, alors que celle-ci était presque dans l'épuisette...

attaquedesilure-surface

 

Vous pouvez agrainer régulièrement histoire d'exciter un peu plus les blancs... donc les silures. Je ne pense pas que ça change grand chose, mais bon... ça ne peut pas faire de mal en tout cas !

 

  • pêche aux frolic ou aux pellets :

Beaucoup plus proche d'un pêcheur au coup, c'est aussi plus polyvalent et plus facile à mettre en place quand on débute. En plus vous ne serez pas limité aux silures, vous aurez aussi des carpes, brèmes, barbeaux... de quoi passer agréablement son temps lorsque les silures tardent à pointer leurs moustaches !

Inconvénient : pour que les silures s'intéressent aux frolics ou pellets, il va falloir y mettre le paquet pendant les amorçage !! En plus de l'amorçage destiné aux blancs dont je parlais plus haut, vous pouvez rajouter facilement entre 2 et 6kg de frolics ou pellets par jour... (là encore, je rappelle que ces chiffres sont donnés uniquement à titre indicatif pour la Seine à Paris... ce n'est pas forcément une référence partout et tout le temps !).

Vous pouvez avoir 2 approches différentes, qui, d'après mes tests, marchent tout aussi bien l'une que l'autre... ça dépend des jours :

- faire des coulées avec une ligne légère (je n'ai pas dit "fine", attention...), et en agrainant régulièrement. Dans ce cas, on ne mets généralement qu'un ou 2 frolics ou pellets, pour ne pas avoir quelque chose de trop lourd qui ferait couler le flotteur... A ce propos, l'équilibrage du flotteur est vraiment secondaire, pas besoin de peaufiner là dessus... Pour décider un poisson méfiant, il peut être parfois très efficace de rajouter sur le cheveu un bout de mousse, afin d'alléger l'ensemble et d'obtenir une descente très lente dans la couche d'eau.

- bloquer une ligne lourde, et déposer l'amorce à la coupelle ou, mieux, au bait dropper (indispensable en rivière je trouve). Dans ce cas, vous pouvez tenter de mettre une bouchée un peu plus grosse (4 frolics ou pellets, ou même 8 ou plus... n'hésitez pas à voir gros si vous cherchez spécifiquement le silure !! Les spécialistes du silure au posé mettent jusque 16/18 pellets... un sacré chapelet !). Evidemment, il vous faudra adapter la taille de votre hameçon avec la taille de votre bouchée.

frolics-chapelet

Là encore, il peut être intéressant d'alléger tout ça avec bout de bouchon de liège, un petit buldo, ou autre... Toujours d'après les spécialistes, il paraitrait que, comme au vif, le silure attaquerait plus facilement si l'appât est présenté au dessus de lui. Donc il faudrait décoller le montage de 50cm à 1 mètre. A tester...

 

Le matériel

  • La canne :

Personnellement, j'ai testé 3 cannes pour ce genre de pêche :

- la milo gerardix 2007, qui est très agréable à manier et très costaud -mais pas forcément adaptée si on recherche VRAIMENT les gros... mais jusqu'à 1m30/1m40, elle tient le coup ça va. 

 

- la milo gerardix 900 , qui est une excellente canne pour ce type de pêche ; ultra costaud !! Testée avec une tresse de 16kg... la tresse casse avant la canne ! Cet été, je mettrais du nylon de 50/100 et je pense que ça tiendra...

 

- la milo gerardix 1750 : après quelques tests, elle semble être ENCORE PLUS solide que la 900... et pour un prix à peu prêt identique ! Le must pour la pêche du silure.

 

la gerardix 2007

travaildelacanne1

 

la gerardix 900

oops-ca-plie_21

 

la gerardix 1750

P7090582

 

Il y a surement d'autres modèles lourds mais très résistant, dans d'autres marques... Les critères à regarder sont :

- le poid de la canne : il FAUT que ce soit lourd... car il faut beaucoup de carbone pour être résistant ; éliminez impitoyablement les modèles trop léger -donc trop fragile-... vous êtes pas là pour chercher le gardon !

- le prix : ça ne sert à rien de prendre un truc haut de gamme pour ce genre de pêche... si vous avez une colmic atomic ou une gerardix 2007 ou 8, tant mieux pour vous... mais ce n'est pas indispensable. Sachez de toute façon qu'au bord de l'eau, il faudra prendre des risques avec votre canne... rien ne dit qu'elle reviendra intact ! Tout ce qu'on demande, c'est une solidité à toute épreuve ! Le reste, maniabilité, couple kg/m, etc... laissez tout tomber, ça ne compte pas ici.

- la longueur : Je trouve que la longueur idéale est de 8 ou 9 mètres (mais ça reste subjectif...). Trop court, vous aurez beaucoup de mal à gérer la grande longueur d'élastique et à brider le poisson. Trop long, vous fatiguerez TRES vite pendant les combats, et la taille de la canne vous handicapera...

  • le fil :

J'ai testé du nylon 24/100 (ça va pour les silures jusqu'à 1m/1m20... au delà, si vous pêchez en rivière ça risque d'être difficile !). Puis je suis passé au nylon 30/100 : ça allait déjà bien mieux... mais là encore, pour mon objectif, ce n'était pas assez. Les silures de plus d'1m50 continuait à m'exploser les lignes.

Je suis passé à la tresse 16kg. Vraiment pas mal, mais... j'aurais du rester au nylon ! La tresse est trop peu résistante à l'abrasion (du moins, celle que j'avais) donc ça finissait par casser pendant le combat... pas à cause de la traction, mais par le frottement contre la gueule du silure, contre divers obstacles, etc...

Donc je pense qu'il faut rester au nylon, et même rajouter, pourquoi pas, un bas de ligne en nylon plus gros que le corps de ligne, afin d'avoir les 2 ou 3 derniers mètres "blindés" contre l'abrasion ! Je pense faire quelque chose comme 70/100 en bas de ligne, et corps de ligne 50/100... On verra !

  • L'élastique :

Evidemment, il dépend de ce que vous aurez choisi comme fil... En 30/100, j'utilisais du 2.5mm plein sur 4 brins, dont 1m50 était torsadé et doublé. Pour la tresse de 16kg, c'était du 2.3 mm doublé et torsadé entièrement, et quadruplé sur 1 mètre... le tout sur 3 éléments. Ca dépote quand on voit ce machin se tendre sur 20 mètres !!

- Si vous pêchez au vif, il faudra que l'élastique soit bien tendu. D'une part pour éviter que le vif fasse trop sortir l'élastique. Et d'autre part, le ferrage doit être très costaud, donc avec un élastique trop peu tendu... vous aurez décrochage sur décrochage ! (et malheureusement, je sais de quoi je parle... j'ai fini une après-midi avec 8 départs et... 8 décrochages !)

- Si vous pêchez au frolic ou pellets en revanche, vous pouvez vous permettre de mettre un truc un peu moins tendu... mais bon, dans une certaine limite car on parle quand même de silure ! Dans l'ensemble, l'élastique reste donc quand même plus tendu que pour la carpe.

  • L'hameçon :

Au frolic/pellets : grand minimum hameçon 6 ou 4... si vous ne mettez qu'1 ou 2 frolic ou pellets. Mais je conseille plutot du 2 ou du 0... Et évidemment, du costaud ! Pour pêcher au vif, ça dépendra de la taille de vos vifs. Pour donner un ordre d'idée, pour un gardon de 400/500 gr, je mets un simple de 6/0 dans le nez, et un triple 2/0 sur le coté.